bann.jpg



Vous savez, parfois, il y a des moments dans la vie où on se dit "mais qu'est-ce que je fous là, moi ?"
Il m'est arrivé quelque chose qui se classe bien dans ces moments de vie riches en émotions et en frustrations.

Un groupe de 3 clientes arrive au comptoir des retours en avisant qu'elles venaient retourner un lave-vaisselle... En discutant avec elles, l'une d'elles se démarque en prenant le contrôle de la situation et en commençant à argumenter. Appelons-la Mme Bulldog. Mme Bulldog n'est pas la femme qui a acheté le lave-vaisselle, mais sa soeur, Mme Caniche, qui se tient un peu plus en retrait lorsque sa soeur parle. La 3e, Mme Colley, sert de taxi et attend dehors avec ses deux enfants. Elle se trouve à peine impliquée dans l'histoire. Non, l'histoire tourne principalement autour de Mme Bulldog. Celle-ci me raconte que Mme Caniche a acheté le lave-vaisselle au nom de tous pour offrir en cadeau à leur mère, plutôt âgée, pour lui permettre de ne plus avoir à faire la vaisselle à la main, mais elle n'en voulait pas. Elles auraient donc appelé pour demander s'il était possible de le ramener, et selon ce que la gérante aurait répondu, il n'y aurait aucun problème. Elles auraient donc mis 3 semaines à s'organiser pour pouvoir le rapporter. Curieusement, nous ne sommes que 2 gérantes, et votre hôte est l'une d'elles. Sachant très bien que je n'ai parlé avec personne pour un lave-vaisselle, je regarde un peu mieux la facture. Il est écrit sur 4 lignes de ne pas retourner l'article en magasin, qu'il n'y a aucun remboursement et que pour toute réclamation, s'adresser directement à la compagnie. De plus, Mme Caniche, pour emporter le lave-vaisselle, a du signer une décharge qui disait clairement qu'il n'y avait aucun retour sur l'appareil. Je montre ce "léger" détail à Mme Bulldog. Celle-ci s'exclame alors que c'est un cadeau, qu'elle n'a jamais de troubles avec le magasin et Mme Caniche, par-dessus cela, me demande de regarder dans son compte de carte de crédit à quel point elle est bonne cliente (accès qui nous est refusé pour confidentialité) - ce que tout client obstineux de nature va déclarer haut et fort (ça et qu'ils connaissent le propriétaire, mais étrangement, personne n'est capable de prononcer correctement son nom de famille...) J'insiste alors sur la notice sur la facture en disant qu'elles ne pouvaient pas dire ne pas être au courant.
C'est là que le délire commence. "Il y a toujours des exceptions à une règle", "Tu es fermée", "Il y a ce qui est écrit et il y a la logique" sont quelques uns des arguments que m'a sorti Mme Bulldog. "Je travaille aussi dans les retours et on est sensé pouvoir retourné un article où on l'a acheté", "C'est au magasin que je l'ai acheté, pas avec la compagnie, c'est donc le magasin qui va me le rembourser", "Ça nous a pris 3 semaines s'organiser, pas question que je reparte avec. On le rentre et elle (Mme Caniche) se fait rembourser", etc, etc. J'ai du appeler l'assistant-directeur chez lui pour savoir s'il était au courant d'un retour accepté pour un lave-vaisselle, il me dit que non et que, connaissant l'autre gérante, elle aurait également refusé (ce qu'elle m'a confirmé le lendemain). Après avoir tenté de le faire comprendre à Mme Bulldog et Mme Caniche, Mme Bulldog continue son baratin qui fini par me faire éclater de rire malgré moi, un rire jaune qui en disait long sur ma situation désespérante et sur mon état d'esprit. Je fini par rappeler l'assistant et je lui passe la cliente. Elle lui sort le même baratin en lui spécifiant que je ne voulais rien savoir, que j'étais boquée ou je sais plus quoi, et fini par me rendre le téléphone. L'assistant me dit alors d'inspecter soigneusement l'appareil et de le reprendre SEULEMENT s'il est en parfait état, sinon, elle s'en retournait avec et elle s'organisait avec la compagnie. Heureusement, il était revendable et mon calvaire a fini par prendre fin.

La morale de cette histoire: Les gens ne savent pas lire, ne savent pas communiquer (ça leur aurait été tellement moins de troubles de juste demander à leur mère ce qu'elle penserait d'avoir un lave-vaisselle), et pensent que, à force d'argumenter, ils pourront gagner leur cause. Qu'elle sorte le même blabla à un policier qui la chopperait pour excès de vitesse, il va lui rire en pleine gueule et va même lui faire payer un bonus pour lui avoir fait perdre son temps et les nerfs !


Sur ce, lisez bien vos factures !!!